Accueil» Légendes » Le Diable à quatre cornes

Crédits

 

Conception / réalisation
J-H. Vasina - Kapish C & Ing.

 

Crédits photos

LEGENDE DU DIABLE A QUATRE CORNES

 

Il y a bien longtemps, Joseph, un petit entrepreneur bessanais, s’était vu confier la construction d’un pont en pierre reliant deux ouvrages fortifiés : la Redoute Marie-Thérèse et le Fort Victor-Emmanuel.
Les travaux n’avançaient pas vite et pourtant l’hiver arrivait. Le malheureux bessanais se lamentait et, pour comble de tous ses tourments, deux jours avant la date de livraison du pont, ses ouvriers le quittèrent. Ce coup-là était trop dur pour lui, jamais il ne pourrait terminer seul le pont, et s’il ne remplissait pas son contrat, c’était l’emprisonnement dans l’un des deux forts ou, pire encore, la déportation en Piémont.
- Que vais-je devenir ?… Ce pont sera ma mort si je ne le termine pas avant demain.
Dieu sait si je reverrai ma femme et mon doux village de Bessans ? Que dis-je, "Dieu" ? Seul le Diable peut me venir en aide…

Arrivant par la route de Modane, un homme de haute taille, coiffé d’un chapeau à larges bords comme on n’en voyait pas dans la région, s’approcha de Joseph :
- Qu’as-tu l’ami, à te lamenter ainsi ?
- Ne m’en parlez pas Etranger, je dois finir ce pont avant demain, le travail n’avance pas et tous mes ouvriers m’ont quitté.
- Ce n’est pas bien grave, ce la peut encore s’arranger.
- Mais je n’y arriverai jamais et on me mettra en prison.
- Tu as appelé le Diable à ton secours, et bien il m’envoie t’aider. Tu veux éviter la prison, alors signe-moi ce papier et ton pont sera construit demain à l’heure dire et toi, tu pourras retourner à Bessans avec tous les honneurs et les écus que l’on te donnera.

Joseph, l’entrepreneur n’était pas rassuré. Mais d’aller en prison à Turin ne l’enchantait pas. Après avoir réfléchi, il dit à l’envoyé de Satan :
- D’accord, je signe, mais cela me semble trop beau ! Que me demandes-tu en échange ?
- Voilà, demain le pont sera fait, mais à une seule condition : la première personne qui passera sur le pont appartiendra à mon maître.

Joseph était affolé, il ne pouvait faire une chose pareille ! Mais la peur de moisir en prison avec les rats fut la plus forte, et… Il signa…

Le Diable à 4 cornes

Revenu à Bessans, sa femme lui trouva un air tourmenté et à force de questions, elle finit par savoir toute l’histoire.
- Ne t’en fais pas Joseph, on trouvera bien un moyen d’empêcher le Diable de faire cette sinistre besogne…

Le lendemain matin, quand Joseph et sa femme arrivèrent près des forts, ils eurent la surprise de voir un magnifique pont, tout en belles pierres de tailles qui enjambait l’Arc plus de cent mètres au-dessus de l’eau.
Mais quand ils regardèrent à l’autre bout du pont, ils virent avec frayeur une b^te monstrueuse, la bouche grande ouverte sur des dents horriblement longues, avec sur la tête une crinière de lion d’où sortaient deux grandes cornes pointues, c’était le Diable…
Il attendait la première personne passant sur le pont.
- Mon Dieu ! Marie !… Le bonhomme n’avait pas menti : le pont est là, mais le Diable aussi ! Qu’allons nous faire mon Dieu ? Qu’allons nous faire ?…

Déjà, venant de Modane, toute une troupe de soldats approchait. Ils devaient se rendre au fort en passant par le pont. A leur tête, venait un petit tambour, un gamin de douze ans, tout fier d’avoir été choisi pour passer le premier.
- Ce malheureux gosse ! C’est lui qui va être la victime, ce n’est pas possible !…
C’est alors que Marie aperçut à quelques pas de là, un troupeau de chèvres, broutant entre les rochers et au milieu de ce troupeau : un bouc ! Mais pas un bouc de rien du tout, non ! Un rand bouc noir, aux sabots luisants et aux cornes redoutables. Marie eut une idée. Ramassant un bâton qui traînait sur le chemin, elle écarta les chèvres et arrivant derrière le bouc, elle lui donna un tel coup que celui-ci partit comme une flèche en direction du pont.
Le bouc stoppa net avant de traverser… De l’autre côté il avait vu la bête !…
- Un autre bouc, se dit-il en apercevant les deux cornes du monstre, il veut me prendre mes chèvres !…
Il se rua si fort, qu’il traversa la tête de la bête monstrueuse avec ses deux cornes et celles-ci restèrent plantées dans le crâne du Diable…
Poussant un cri énorme le monstre disparu, plus jamais on ne vit le Diable dans la région, mais c’est depuis ce jour, qu’à Bessans, il porte quatre cornes…

 

Bien des années se sont écoulées depuis cette histoire. Le beau pont de pierre s’est depuis longtemps écroulé, il fut remplacé par une passerelle de fer, puis par un pont de bois suspendu. Mais il s’appelle toujours : « le Pont du Diable ».

 

 


Accueil» Légendes » Le Diable à quatre cornes

CrawlTrack: free crawlers and spiders tracking script for webmaster- SEO script -script gratuit de d?tection des robots pour webmaster